6 samedi - Le Can de la Serre / St Jean-du-Gard

vers St Germain-de-Calberte

Dsc 659923 km, dénivelé de 800m.

Etape difficile sur le papier, et pas facile dans la vraie vie.
Après 2 km de descente, nous arrivons à St Germain de Calberte, typique village cévenol qui n'est pas sans faire penser aux villages de la montagne corse. On n'aura pas vu le château-fort, abandonné depuis le 16ème s., mais en restauration depuis 1965 sous l'action de ses nouveaux propriétaires. L'église date du 14ème s. pour ses parties les plus anciennes, c'est là que fut enterré l'abbé du Chayla. Une statue trône sur la place, commandée par la Parc des Cévennes et réalisée par l'artiste iranienne Affrooz Cherine. Elle rend hommage aux cévenols en représentatnt un homme soulevant des dalles de schiste.

de St Germain à St Étienne Vallée française

9 km de marche sans difficultés particulières mènent à St Etienne Vallée française. Juste avant, nous profiterons d'un accés facile à une plage sur l'un des bras du Gardon pour nous tremper les pieds dans l'eau, déjeuner et lézarder. Car il fait chaud ce samedi, nous marchons entre 500 et 200m, et ne bénéficions plus de la relative fraîcheur de l'altitude.

de St Etienne à St Jean-du-Gard

Plus de 11 km pour St Jean, mais surtout passer par le col St Pierre. Oh! il n'est pas très haut, 698m, mais nous partons de 220m et les 400 m de dénivelé se font sur 4,5 km, en plein cagnard, sur un chemin pas toujours très facile, comprenant une partie en schiste brillant de tous ses feux sous l'effet du fort soleil de l'après-midi. Disons-le tout net, on a eu chaud, très chaud même !

Encore 5km de descente vers St Jean-du-Gard, 2km le long du Gardon, et c'est la fin du périple.
Viendra pour nous le temps des souvenirs, des fortes images que le paysage cévenol aura mis dans nos têtes, de l'émotion aussi procurée par l'évocation des tourmentes subies par cette région cévenole d'un monde où l'intolérance règne et broye les hommes et la pensée.
Mais l'heure n'était pas à la méditation ce soir-là, un petit Roméo a fait son apparition, une petite française est nommée associée de sa boite à Los Angeles, et l'organisateur a tant vieilli en conduisant le groupe qu'il a pris un an!

Epilogue

Dsc 6713La marche à pied, c'est bon, mais ça use! Voyez donc la chaussure de Marie-Christine!
Et puis, où est le sens? Nous reviendrons à Chasseradès par la Malle Postale. Il nous faudra 90' seulement pour faire ce que nous avons fait en 6 jours! L'ancien temps et le nouveau, celui où on sait regarder, s'arrêter, méditer, et celui de la vitesse et de la précipitation.
C'est ce temps ralenti qui nous aura fait appréhender l'âme des Cévennes, sentir ses multiples odeurs, admirer ses paysages si différents, et qui nous aura permis de nous plonger dans l' histoire tourmentée de ses habitants.  
"En ce qui me concerne, écrit RL Stevenson, je ne voyage pas pour aller quelque part mais pour avancer. Je voyage pour le fait même de voyager. L'important est de bouger, de sentir au plus près les besoins et les soucis de notre vie, de laisser de côté notre civilisation aseptisée et de retrouver sous nos pieds le solide globe de granit, parsemé de silex épars." 

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire