2 mardi - le Bleymard / Le Pont-de-Montvert

du Bleymard au Mont Finiels (1699m)

18 km, dénivelé 700m.
Une des étapes emblématiques du Chemin de Stevenson.
Dsc 5892Démarrage à 8h15, comme chaque jour. Temps nuageux mais doux, avec au fur et à mesure qu'on avance un crachin légèrement croissant. La station du Mont Lozère est la 1ère étape avant la longue et superbe montée vers le Mont Finiels, sommet culminant à 1699m. Si la pluie a cessé, elle est remplacée jusqu'au sommet par un vent d'une grande violence, chassant les nuages à grande vitesse, et multipliant les éclairages apportés par le jeu du soleil et des nuages. Paysage désertique s'il en est, dont on imagine l'hostilité quand au vent s'ajoute le froid, la pluie ou la neige. Et le brouillard aussi, qui a amené les anciens à baliser le chemin de pierres levées, appelées montjoies, hautes chacune de deux mètres environ.

 

jusqu'à Pont-de-Montvert

Retour au calme dans la descente, on atteint le village de Finiels, puis 5 km plus tard, notre étape de Pont-de-Montvert (875m), joli village au bord du Tarn. Encore plus que pour son charme, Le Pont-de-Montvert est connu pour avoir été le lieu de l'évènement qui a entraîné le soulèvement des Camisards (1702-1705). Suite à la révocation de l'Edit de Nantes par Louis XIV en 1685, les protestants, nombreux dans les Cévennes, subissaient l'intolérance des autorités royales et religieuses. L'archiprêtre du Cheyla agissait au Pont-de-Montvert avec autorité. Le drame éclata quand un groupe de jeunes protestants se rassembla près de l'église pour libérer des prisonniers de l'abbé. Celui-ci fut pris à partie, puis massacré. Les émeutiers s'enfuirent en chemise, d'où leur nom de camisard. Peu de temps après, un des meneurs, Esprit Séguier, fut arrété. On lui coupa le poignet (la charia n' a rien inventé) avant d'être brûlé vif. Dans une étape ultérieure, on verra la maison où il est né, dans le hameau de Magistavols (commune de Cassagnas). 

Un triste abbé

Chayla"Désormais tête et fer de lance de la répression, l'abbé François de Langlade du Chayla, inspecteur des Missions des Cévennes, disposait au Pont-de-Montvert d'une maison dans laquelle il séjournait occasionnellement. ... Dans sa jeunesse, il avait été missionnaire en Chine, y avait connu le martyre et avait été laissé pour mort avant d'être secouru et ramené à la vie grâce au dévouement d'un paria. ... On pourrait penser qu'une telle expérience vaccinerait tout homme du désir de persécuter autrui. Mais l'esprit humain est une construction singulère, et l'abbé du Chayla, de chrétien martyr devint persécuteur chrétien. Sous son impulsion, l'Oeuvre de la Propagation de la Foi fut rondement menée. Sa maison du Pont-de-Montvert lui servait de prison. C'est là qu'il refermait les mains de ses prisonniers sur des charbons ardents ou qu'il arrachait leurs poils de barbe afin de les convaincre qu'ils faisaient fausse route. N'avait-il pas pourtant testé et démontré lui-même l'inéfficacité de ces méthodes chez les boudhistes chinois? " (RL Stevenson - Voyage avec un âne dans les Cévennes).

Le diaporama

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire