Autour de Villiers-le-Bâcle

Bande villiersAvec ses 15 km "seulement", cette rando pouvait sembler une formalité pour Alain et moi, d'autant que nous en avions parcouru des bouts il n'y a pas si longtemps. Mais que de fil à retordre nous a donné ce parcours bâti maison, qui tournait dans tous les sens, au point de prendre les grands huit d'Alain pour de la ligne droite. Et nous avons ramé, pataugé, galéré, sans nous perdre jamais pourtant. Mais la plupart des carrefours nous ont posé problème, et il y en avait tant! Jusqu'au dernier, où nous étions si sûrs de nous que nos neurones fatigués n'ont pas voulu se donner la peine de travailler une fois encore, nous faisant déboucher quelque part où nous étions déjà venus, sans évidemment que nous ne nous y attendissions (imparfait du subjonctif, eh oui !) le moins du monde !!

2017 06 29 09 55 25A Villiers-le-Bacle, nous repassons devant la maison-atelier du peintre franco-japonais Foujita. Il l'acquiert en 1960, et fera son atelier dans les combles. En 1991, sa veuve en fait don à la commune.

Nous faisons les premières centaines de mètres la fleur au fusil, qu'on n'avait pas. Quelques interrogations, et on poursuit, jusqu'à la ferme abandonnée. Là une grosse difficulté est survenue. De la ferme, on est arrivé là où on voulait aller, sans comprendre pourquoi ! Il fallait faire une boucle. Nous y sommes donc revenus comme il fallait, mais encore une fois, sans comprendre pourquoi, et cette fois sans trouver le chemin tracé sur la carte. Nos méninges pourtant très puissants, surtout ceux d'Alain, ont fonctionné à fond, en vain. Les deux fois, nous ne sommes pas parvenus à comprendre ce que nous avions fait pour arriver là où on devait arriver. Sûr que le dieu des randonneurs, si si il existe, était avec nous ce jeudi-là !

2017 06 29 12 09 46Au joli hameau de la Petite Barrerie, nous quittons la forêt de la Tête ronde pour le Bois d'Aigrefoin. Surprise ! pendant quelques centaines de mètres, aucun problème ne se pose à nous ! Nous voilà rassurés sur notre capacité à mener des randos. Nous êtions déjà prêts à renoncer à l'idée qui nous avait effleuré l'esprit, à savoir la prochaine fois trouver un guide, un vrai, que voilà un carrefour qui nous laisse encore dans une grande perplexité.

Plus loin, à la lisière de Gif, arrivés au point le plus méridional du parcours, c'est le chemin pour remonter vers le nord que nous ne trouvons pas. Dommage, car la pluie vient s'en mêler. Et normal aussi, parce que ledit chemin n'existe plus depuis belle lurette, nous dit-on. Il faudra dire à Monsieur Open Runner qu'il serait bien de mettre à notre disposition des cartes du 21ème siècle !

Tant pis, allons chercher un chemin plus loin, la rando ne fait que 15 km, on peut en ajouter deux, et comme n va modifier un peu le parcours final, on respectera la distance annoncée.

2017 06 29 16 58 58En arrivant à Villiers-le-Cable, on apercevra une résidence de villégiature du 19ème siècle, le château de la Grande Barrerie, perdu au milieu d'un joli paysage. C'est une bizarrerie de la fin du 19ème, avec tourelles coiffées de toits coniques, épis de faîtage, crêtes de toits à crochets et fleurons.

Dans Villiers-le-Bâcle, se tient un château (ci-dessous) plus authentique, mais non visible autrement que par le bon soin de Monsieur Google (ou Qwant). D'époque Louis XIII, il est l'un des quatre châteaux appartenant à Yves Lecoq, imitateur connu qui a donné sa voix aux Guignols, moins connu sous son vrai nom de Yves Louis Georges Lecoquierre-Dubois de La Vigerie.

Yves lecoq

Diaporama

Parcours

Rambouillet Chevreuse

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !