Au départ de Chateaufort

Michèle, Joël, Pierre, Alain, Jean-Marc pour cette belle rando au départ de Chateaufort, qui nous a fait découvrir notamment le domaine d'Ors, autrefois fief de 850 hectares.

LE FILM

 
 

A 9 km seulement de Versailles, à la limite de l'Essonne, en partie sur le plateau de Saclay et la vallée de Chevreuse, Chateaufort est une petite commune à la longue et forte histoire. Fort de trois châteaux-forts, le village fut ruiné et devint pauvre à la suite des guerres de religion.

Nous débutons la randonnée au château du Gavoy, qui aurait été bâti au XVIIIème siècle dans un style Louis XIII. Il accueille aujourd'hui mariages, séminaires, manifestations diverses.

Le domaine d'Ors

A quelques centaines de mètres au SO de Chateaufort, au bord de la Mérantaise (affluent de l'Yvette), le domaine d'Ors nous surprend par sa beauté et son mystère. D'abord le moulin, un joli pont, une meule. Puis des bâtiments visiblement abandonnés depuis longtemps, mais en cours de restauration. Et plus loin un pont galerie, surprenant dans ce paysage forestier.
Il y avait là jusqu'en 1951 un château, le château d'Ors, construit initialement en 1637 par Jean de Luynes, reconstruit au XIXème (à gauche). De lui dépendait le moulin, les communs et écuries, une loge de gardes décorée de bas-reliefs en terre cuite, et un parc botanique autour du château. Pendant la guerre, le lieu est occupé par les allemands. En 1951, le baron d'Ors décide sa démolition, distribuant pierres et vestiges aux habitants du village.

Le lieu est redécouvert plus de 30 ans plus tard. Une réserve naturelle de 50 hectares est décidée, le moulin est restauré, une salle pour spectacles et manifestations est construite près des communs, dont la restauration est elle aussi engagée.

le moulin des Vassaux

C'est un des sept moulins en service sur la Mérantaise à la fin du Moyen-Age. A la fin du XIXè siècle, il devient un haras. Dans les années 30, il est la propriété du marquis Dimitri de Basily, éleveur de chevaux de polo. Mais lui et son épouse aiment les animaux, exotiques surtout, et en semi-liberté. Boas, puma, ocelot, singes agrémentent le domaine. Un groupe de crocodiles doit venir compléter la troupe, mais il meurt à la gare de Massy-Palaiseau. Le moulin sera longtemps abandonné, avant d'être récemment repris et restauré.

Plus loin, apparaît un drôle de château, néo-gothique, néo-Renaissance, néo-Louis XV, néo-mauresque et art nouveau, élégant avec ses tourelles et sa blancheur. Nous ne sommes pas en Bavière, mais aux abords de Villiers-le-Bâcle. Le château de la Grande-Barrerie fait partie de ses belles demeures bâties à la fin du XIXè siècle. 

Solide montée ensuite vers Villiers-le-Bâcle, qui nous fait arriver tout essoufflés à la cour des miracles. On n'aura pas vu cette fois ni le château ni la maison de Foujita

Rambouillet Chevreuse

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !