Au départ de Boinville en Mantois

Cinq RTT pour cette dernière randonnée hivernale, Michèle, Pierre, Joël, Alain, Jean-Marc. 18 kilomètres, 313 mètres de dénivelé, et un temps de saison, plutôt frais, mais presque sec.

2021 03 18 09 31 59

Après Boinville et sa jolie mairie typique de son époque, Senneville nous propose ses lavoirs. Nous n'aurons pas (re)vu le plus beau, mais ces deux-là nous ont rappelé qu'il était interdit de s'y baigner, mais personne n'en avait vraiement envie, et qu'ils étaient réservés exclusivement au lavage du linge. Mais nous n'en avions pas envie non plus.

Plus loin, à Epône, l'emplacement du château est utilisé par un centre culturel, qui occupe les communs de l'ancien château de Héraut de Séchelles (1759-1794). A la différence de son propriétaire, il survécut à la révolution. Mais pas à la seconde guerre mondiale. Occupé par les allemands, ceux-ci le dynamitèrent quand ils durent fuir denant les alliés. La reconnaissance pour les bons moments qu'ils ont dû y passer n'était pas à l'ordre du jour, et le château du XVIIème siècle fut dynamité et entièrement détruit.

Après Epône vint le temps des émotions avec la disparition de Dalton, notre compagnon cocker. Ce n'est pas le plus fou de nos trois  chiens marcheurs, toujours est-il qu'il avait disparu corps et bien. Au bout d'une demi-heure de demi-tours, d'appels, de sifflets, alors que nous commencions à appeler la SPA et un véto, voilà qu'on l'aperçoit, plutôt affolé, tout en bas d'une rue montante, poursuivi par une voiture de la police municipale qui cherchait en vain à l'attraper. Plus de peur que de mal, mais humains et chien ont été bien rassurés par cette happy end.

Tout fut oublié par la bonne bouteille qu'Alain avait apportée pour arroser le pique-nique. Une bouteille de Corton Bressandes Grand cru, rien de moins, certes chambrée à la température ambiante, 9°, mais bon, c'était rudement bon quand même, et même que certains, tous même, auraient bien continué à picoler si Monsieur Dubreuil Fontaine l'avait faite un peu plus grande, sa bouteille 

 

Ainsi bien revigorés, l'après-midi n'a été qu'une formalité, malgré la fraîcheur apportée par le vent, quelques petites côtes, et aussi un petit nombre de gouttes d'eau.

Mais rien qui aurait pu justifier une halte au château de Goussonville, austère bâtiment des 17 et 18ème siècles, transformé en 1953 en clinique cardiologique, puis aujourd'hui en maison de repos.

Retour à Boinville-en-Mantois, au parking de l'église Saint-Martin, datant du XIè siècle et reconstruite au XIVè. L'ancien presbytère y est accolé, ce qui se voit souvent. Mais son extension débouchant par une porte de garage juste à côté du portail de l'église est plus "baroque" !

 
 

PARCOURS

FILM

 
 

Au départ de Boinville en Mantois

 

Mantois

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !