Au départ de Garancières

Les randonneuses de mauvaise augure nous avaient souhaité une "bonne rando pluvieuse". Bonne elle a été, mais pas pluvieuse. Seulement boueuse. Même très boueuse parfois. Mais rien à même d'arrêter Alain, Joël, Pierre, Jean-Louis, Jean-Marc, et encore moins Dalton et Horus, qui trouveraient plutot du plaisir à patauger dans la boue et les flaques.

De Garancières à Béhoust

 

Dsc 9210

Alain avait choisi le parking du Casino comme point de départ, endroit peu pittoresque s'il en est, mais offrant beaucoup de places disponibles.

Parcours exclusivement dans la plaine pour les dix premiers kilomètres. Le temps est agréable, doux, sans vent. Au sol, ça dépend ! Quelques passages particulièrement glaiseux ajoutent du poids à nos souliers, et demandent quelques efforts supplémentaires à nos mollets.

A deux kilomètres, le château du Breuil se propose à notre curiosité. A l'origine pavillon de chasse (XVIème siècle), quelques importants agrandissements ont été effectués jusqu'au XIX è siècle sous l'impulsion des propriétaires historiques, la famille Rohan Chabot.

En 1967, alors que le château est abandonné depuis vingt ans, il est repris par l'industriel Gilles Sarazin et son épouse Madame Sauberan (descendante par les femmes d'Henri IV et Gabrielle d'Estrée)  qui entreprennent d'importants travaux de restauration. 

 

Dans la boue - Joël tout en équilibre

Beau virage penché de Joël

château du Breuil

chemin détrempé

 

Plus loin, à la ferme Fresnay, un labrador noir nous a trouvé si sympathiques, à moins que ce ne soit Dalton et Horus, qu'il a entrepris de nous accompagner dans la randonnée. Jeune et tonique à souhait, bien coaché aussi par Horus plus en forme que jamais, il se trouvait si bien parmi nous que quatre kilomètres plus loin il était toujours là.

C'est alors que Pierre et Alain ont pris les choses en main!
Armés chacun d'un bâton, Alain retrouvant son catalan natal avec lequel, tout jeunot, il aurait sans doute aimé  haranguer les moutons, ils ont agité bras et bâtons, et hurlé à la brave bête de rentrer chez elle. Mais la tâche fut rude. Plusieurs essais furent nécessaires, et c'est enfin avec deux seuls chiens que nous arrivâmes à Béhoust, lieu de notre déjeuner. Pour les images, cliquer sur la photo de droite

Il y a un château à Behoust, et un grand. Le château du XVème siècle, propriété de la famille d'Hargeville pendant un siècle, a subi d'importantes modifications avec le temps, notamment une reconstruction à la romaine en 1760 par le marquis de Lastic, qui prévoit chapiteaux et ornementation.
En 1803, les écuries sont reconstruites en s'inspirant de celles du château de Versailles.
Les propriétaires se succèdent.
De la fin des années 50 jusqu'en 1976, un haras y est implanté qui possèdera jusqu'à 150 étalons et poulinières pour l'élevage de trotteurs, puis de concours de sauts d'obstacle. C'est le haras de Behoust qui procura Virtuoso à Pierre Jonquières d'Oriola, couple qui eut la médaille d'or aux JO de Tokyo en 1964 (photo de droite).

Le domaine devient la propriété de la société Cap Gémini en 1991, puis de la Caisse d'Epargne en 2005. Il est aujourd'hui exploité par le groupe Chateauform comme lieu de réceptions et séminaires.

104 chambres et 22 salles de réunion devraient permettre d'accueillir convenablement un prochain séminaire de réflexion des animateurs des RTT EN MARCHE, à défaut d'assemblée générale, empêchée par le covid ! 

 

la plaine

château de Béhoust

pique-nique à Béhoust

De Béhoust à Garancières

Après Béhoust, la forêt succède à la plaine. Le bois de Béhoust d'abord, puis la forêt des Quatre Piliers. Les chemins sont bien praticables, la marche est agréable, avant d'arriver à l'étang de la Pimardière. Plus loin, on aperçoit une colonne qui se confond avec les arbres. Serait-ce un monument en l'honneur du randonneur inconnu ? IGN, le google du marcheur, met vite fin à nos fantasmes, il s'agit de la Croix Blanche, qui ne l'est plus guère d'ailleurs.

De nouveau la plaine, nous avons fait quinze kilomètres, voici Millemont et son château.

Tout le monde doit se rappeler la date de la construction du "petit château", 1515 ! Le "grand" a été construit bien plus tard, en 1710 par Guillaume de Briçonnet. Le prince de Polignac l'acquiert en 1827, la princesse le revend en 1847 à la famille Richard.

Une petite erreur de parcours ensuite, bavardage, bavardage quand tu nous tiens ! et une fois n'est pas coutume, nous grattons un kilomètre sur le parcours prévu pour regagner notre Casino du jour.

forêt des quatre piliers

étang de la Pimardière

château de Millemont

ancien lavoir à Millemont

 
 
 

LE PARCOURS

LE FILM

 

Au départ de Garancières

Rambouillet Chevreuse

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !